Mode de vie et origine du lapin

mode de vie du lapin

 

Le lapin n’est pas un rongeur. Il est classé dans l’ordre des lagomorphes. Même si cela peut surprendre, il faut avouer qu’à part ses longues incisives, le lapin ne ressemble pas d’un point de vue morphologique à un rongeur ! Pas de longue queue comme chez la souris, le rat ou le chinchilla. Un corps moins en longueur, des oreilles plus droites et « rigides »…

Le lapin à l’état sauvage

C’est un animal sociable qui vit en colonie. Il creuse des terriers appelés garennes. Il sort au crépuscule et se montre rarement en plein jour. Sa taille est relativement petite comparée aux races de chair qui ont été sélectionnées au cours des années.

Ne pas confondre avec le lièvre, plus grand, plus élancé et avec des oreilles beaucoup plus longues. De plus, le lièvre est un solitaire sans dieu ni maître, alors que la colonie du lapin est fortement hiérarchisée.

Le lapin de garenne est originaire du pourtour Méditerranéen, son alimentation est végétarienne. Une lapine peut avoir 3 à 5 portées par an de 2 à 6 petits. Cependant, les lapins sauvages ne sont pas aussi nombreux qu’ils devraient l’être. En plus de la prédation naturelle des renards et des rapaces, le lapin est victime de la circulation automobile, de la chasse, des traitements agricoles, des pesticides et surtout de la myxomatose, introduite volontairement en France en 1952.

Le lapin domestiqué

Depuis des siècles, on ne parle de races de lapin qu’à partir de 1800. La majorité des races sont apparues au XXème siècle, la France étant à la pointe dans ce domaine. On peut compter une cinquantaine de race élevées en France aujourd’hui.

Le lapin nain reste depuis des décennies, l’animal de compagnie le plus vendu en animalerie, juste avant le cochon d’inde. Aux Etats-Unis, il a été devancé ces dernières années par le furet qui se place en troisième position dans les familles américaines après le chien et le chat. L’engouement pour cet animal envahie peu à peu la France.